logo

Le forum Uni-emploi

Le hall central d’Uni-Mail accueille depuis hier le forum Uni-emploi, une rencontre annuelle organisée par l’Université de Genève en partenariat avec plusieurs entreprises nationales et internationales ainsi que des associations d’étudiants de cette université.

Durant une dizaine de jours, de nombreux étudiants ont la possibilité de faire corriger leur CV,  peuvent apprendre à constituer des dossiers de candidature compétitifs et, enfin, peuvent aller à la rencontre de plusieurs entreprises, invitées pour l’occasion.

Cependant, les avis sont partagés quant à l’utilité de la tenue ce forum. En effet, pour la CUAE (Conférence Universitaire des Associations d’ÉtudiantEs), le forum Uni-emploi est tout simplement « superflu ». Selon le syndicat étudiant, les entreprises présentes sont « les mêmes banques et entreprises responsables, entre autres crapuleries, de la misère qui s’abat sur le peuple grec… ».

Afin de discuter de ce point de vue, une rencontre entre étudiants a eu lieu hier mardi dans leurs locaux au boulevard Baud-Bovy.  Selon l’intitulé du mail groupé que la CUAE avait fait parvenir le 29 février dernier à l’ensemble de la communauté estudiantine via unilist, il devait s’agir d’une « Rencontre-Débat au sujet du Forum Uni-emploi ». Tous les étudiants étaient invités à « avoir un débat critique sur la présence des entreprises au sein de l’Université, sur les liens que l’on peut établir entre ce forum, la professionnalisation des études et la crise économique et sociale actuelle ». Cependant, je n’ai pu, en ma qualité d’étudiante et de reporter pour R.E.E.L., assister à cette réunion, de même qu’une consœur de la Tribune de Genève. Deux autres étudiants, qui eux avaient une opinion différente de celle de la CUAE, ont été expulsés presque manu militari de la salle de réunion. Et pour cause.

En effet, cette rencontre n’était pas un débat sur la question de l’utilité de la présence d’Uni-emploi au sein de l’Université, mais plutôt, et comme la CUAE le déclare sur son site, une réunion de mobilisation CONTRE la présence du forum. Aussi pour obtenir le droit de rester jusqu’à la fin de la réunion, il fallait être absolument contre le « sabir managérial », ne pas vouloir faire parti d’une « main d’œuvre docile et corvéable », être en mesure d’apporter sa contribution à un plan d’action qui serait décidé au cours de cette réunion de mobilisation et, surtout, répondre par la négative à la question : « mais, c’est bien toi qui a fait une présentation  pour Uni-emploi ? ».

Dans un canton dont le taux de chômage est le plus élevé, avec 5,8% en juillet 2011, et où les jeunes constituent l’une des classes les plus affectées par cela (25-29 ans, avec 3,4%),  il est clair que le forum Uni-emploi n’est pas le coup de baguette magique qui va permettre à tous les étudiants d’être acceptés dans une entreprise ou une autre. Raison pour laquelle la CUAE a décidé de se faire le porte-parole de ces étudiants qui en ont assez de voir « exploiter [leur] peur du chômage et de la relégation », qui en ont assez d’être rendus « responsables de l’état désastreux du marché du travail à Genève ».  Cependant, il faut malgré tout reconnaître que l’Université de Genève fournit un effort considérable quant à la mise sur pied d’un tel évènement, ce qui n’est pas vraiment le cas ailleurs.

Pour conclure, ou plutôt, pour la suite, la CUAE a prévu « quelques surprises lors du prochain forum… ». Donc, affaire à suivre.

Christina @ wocintechchat.com

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.