logo

Le Camfranglais : la langue camerounaise

Le français et l’anglais sont les deux langues officielles au Cameroun. C’est du moins ce qui est rédigé dans les textes officiels, puisque en dehors de ses deux langues officielles et des 249 langues régionales recensées, le Cameroun compte une langue « officielle » en plus : l’argot camerounais, ou encore appelé Camfranglais.

 

Le camfranglais est né dans les années 1970, aux lendemains des Indépendances. Ce mélange d’emprunts aux  mots français- anglais – et langues régionales s’est rapidement imposé au Cameroun dans tous les domaines de la vie, à tel point qu’il se transforme peu à peu en un créole. Sa particularité, en dehors d’être une combinaison plutôt explosive de mots, est que certains mots en français ou même en anglais sembleraient compréhensibles pour tout locuteur francophone, mais n’ont pas le même sens universellement partagé, puisque que leur utilisation et leur compréhension dépend du contexte. Aussi une même expression peut avoir plusieurs significations. Ci-dessous, une conversation typique entre deux amis camerounais. Vous pourriez vous amusez à reconstituer le texte d’origine, grâce au lexique fourni plus bas.

 

Petites conversation

 

Atangana: Bôm, c’est how ?

Kamga : Gars, lep seulement, la galère ne donne pas le lait mon frère

Atangana: Donc le guémé ne te laisse pas aussi ? Gars, on va faire comment, ce sont les ways qui te donnent envie de nang chez toi et de ne plus comot.

Kamga : Hum, mon frère, j’ai dejà waka depuis le matin casse-tête, gars je n’avais pas pièce pour tchâ le takech. Et je ne te dis pas, n’est-ce pas que l’autre day, la go là est finalement kem à la piole pour me ask de lui gi les ways-  là.

Atangana : Ekiiiiééé, c’est comment ? How qu’elle do comme ca, mon frère, donc la jachère la killait trop ?

Kamga  : Nooooonnnn, gars, je ne talk pas de ca, toi aussi, boutoukou. Je parle de ses dôs  qu’elle m’avait chou depuis from là. Je  ne knowait même plus quoi tell, j’ai que improviser pour qu’elle back chez elle, sans ça j’étais die.

Atangana : Aaaaka, achouka, bien fait, pas le ho ha que tu fais souvent ici dehors, que tu joues le grand frère après tu go prendre les dôs des gens ! Foiré comme ca !

Kamga : Mon frère c’est la tchâm que tu veux by à crédit ? I beg mon frère ne me falla pas au carré, je n’ai pas encore tchôp.

Atangana : AHHHH, laisse moi les faux-blèmes le matin, goons d’abord tchôp au tournedos là, j’espère que Mâ So’ a dou le B-H et le bissap !

 

Lexique :

 

Bôm : Ami, camarade

C’est how : comment vas-tu ?

Lep : laisse tomber

La galère : pauvreté économique

Ne donne pas le lait : ici, est menaçante

Guémé : autre forme de galère

On va faire comment : exclamation pessimiste

Ways : ici, situation

Nang : dormir

Comot : sortir

Waka : marcher

Casse-tête : difficilement, à la manière d’un casse-tête chinois

Pièce : 100 CFA env.

Tchâ : attraper, prendre

Takech : taxi

Kem : venir

piole : maison

ask : demander

ways : dans ce cas-ce, signifie « choses », mais choses dans son contexte, signifie, « rapport sexuel »

Ekiiiiééé : exclamation

C’est comment : que se passe-t-il ? (exclamation)

How qu’elle do comme ca ? : Pourquoi cette attitude ?

Jachère : sens sémantique  pour dire manque sexuel

Killait : tuer

Boutoukou : idiot

Dôs : argent

Chou :donner

From : un moment déjà

Knowait : savait

Tell : dire

Que improviser : juste improviser

Back : rentrer

Sans ça j’était die : sinon, je n’aurais pas donné cher de ma peau

Aaaaka : exclamation

Foiré comme ca : pauvre

Tchâm : lutter

By à crédit : ici, acheter gratuitement

Beg : s’il te plaît

Falla pas au carré : ne me provoque pas au carrefour (carrefour faisant référence à un endroit extrêmement peuplé, une rue passante, où une rixe attirerait le regard)

Tchôp : manger

Faux blèmes : problèmes qui ne méritent pas qu’on s’y attarde

Goons : allons

BH : Beignet- Haricot, met privilégié par les Camerounais pour leur petit déjeuner.

Bissap : boisson

 

 

 

 

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.