logo

Rencontre avec Maaïk Penfield, Saxophoniste, compositeur, arrangeur

R.E.E.L. : Pourquoi le nom «  Maaïk Penfield »[1] ?

« Maaïk Penfield », c’est un pseudo semi-professionnel que je me suis créé pour les réseaux sociaux. « Maaïk » est la version « phonétisée » de Mike et Penfield est le nom de mon projet que j’essaie de mettre le plus en avant. Mais le public me connaît avant tout comme Michael Borcard.

R.E.E.L. : Comment en est tu venu à faire de  la musique ?

À l’âge de 11 ans, nous avions des cours de musique classique une fois par mois ; lors d’un de ces cours, ma prof a écrit  sur le tableau une portée. Tout le monde sauf moi a pu lire ce qui était écrit ; j’étais abasourdi. Je ne comprenais pas comment ces signes pouvaient signifier quelque chose et qu’en plus leur signification était plus liée à la production de sons que de mots. Impressionné, j’ai demandé à mes parents de m’inscrire à des cours de solfège. Pour suivre ces cours, il me fallait un instrument : j’en ai donc choisi un, un peu par défaut.

R.E.E.L. : Par défaut ? 

Oui, par défaut. Je ne m’imaginais pas faire la musique un projet professionnel, je voulais  juste apprendre à lire les notes. J’ai toutefois choisi un instrument qui correspondait à une démarche qui  me correspondait déjà  à cet âge-là. Je cherchais un instrument qui me permette d’impliquer l’ensemble de mon corps, autant sur le plan physique que sur celui du souffle. J’étais déjà assez sportif, et je travaillais beaucoup sur le souffle. Les autres instruments ne me suffisaient : le piano ou la guitare n’impliquent que les doigts, tout comme le violon, etc. Un instrument à vent s’est finalement imposé comme une évidence. Au fur et à mesure, le rapport au souffle est devenu de plus en plus sacré pour moi. En guise d’anecdote, petit, j’avais déjà peur qu’il n’y ait pas assez d’oxygène sur terre pour tout le monde. Aussi, la nuit, je retenais ma respiration pour tenter d’économiser le plus d’oxygène possible (Rires).

Le saxophone me plaisait beaucoup également sur le plan esthétique; c’est un instrument avec lequel on peut faire entièrement corps. Plus j’avance, plus je suis amoureux de cet instrument. Il permet d’ajouter une sorte de personnalité dans le son, il est plus moderne, il peut se marier à plein de styles. Peu à peu, j’ai exploré beaucoup de possibilités que m’offrait le saxophone : rock, métal… je voulais également ajouter des effets electroniques au son, même si c’est un instrument un peu limité de ce côté-là. Mais ce n’est pas grave, parce que je m’amuse.

R.E.E.L. : Comment as-tu pensé ton arrivée dans la profession ?

Non du tout. J’ai plutôt souhaité faire de la musique en compagnie des gens. L’addition des instruments les uns aux autres pour créer de nouvelles sonorités me passionne et je me suis dit que cela devait être génial. Dans une scène de Retour vers le futur, on assiste à une sorte d’improvisation musicale[2] : cette scène qui a beaucoup orienté mes choix musicaux. Très vite, j’ai plutôt décidé de faire de l’improvisation afin de jouer à n’importe quel moment et avec qui je le souhaitais.

Très vite, un ami batteur m’a rejoint, puis un bassiste, puis un guitariste. J’ai fait mon premier studio en 2004 suivi d’un premier album. Un second groupe est né, plus expérimental, noise. En parallèle, j’étais dans un groupe de funk. Je me suis retrouvé à faire pleins de choses en même temps à côté de ma quête du son.

R.E.E.L. : Tu t’inspires de styles divers et variés. Sur ton site, on peut lire que tu as notamment collaboré avec des artistes tels que Walther Gallay qui fait du rock, Capitaine Etc. pour la chanson française ou encore les NajaVibes bien connus dans l’univers du Reggae. Pourquoi ?

J’aime explorer, aller dans des endroits que je ne connais pas vraiment et y rester une fois que je me sens une affinité. C’est ce qui s’est produit avec les Naja Vibes. En jouant avec eux, j’ai beaucoup progressé grâce à l’énergie positive que leur style de musique véhicule, que ce soit sur le plan musical –  groove, section cuivre – ,  sur le plan humain – j’apprends à être plus en arrière, à ne plus jouer les leaders et à être en cohésion total avec la section cuivre – et également sur le plan des opportunités. En effet, grâce à eux, j’ai pu voyager et rencontrer des artistes internationaux incroyables.

Dans le cas de Walther, la première collaboration s’est faite  un peu par hasard. Lors d’un concert avec son groupe Café Bertrand, j’ai été invité à les rejoindre sur scène pour quelques morceaux. Nous nous sommes immédiatement plu. Plus tard, il m’a demandé d’intervenir dans son album solo et m’a demandé d’arranger des lignes de cuivre dans l’un de ses morceaux d’influences Tsigane. Je n’ai aucune de ces influences (Rires !), j’ai donc dû apprendre sur le tas. Expérience enrichissante : je lui ai proposé quelque chose, la peur au ventre, et il l’a trouvé génial. Tout d’un coup, je me suis retrouvé sous sa confiance et, pour respecter cette opportunité, je me suis imposé la ligne de conduite la plus professionnelle possible : souplesse, humilité et responsabilité. Notre collaboration tient toujours et en mai de cette année, j’irai le retrouver avec son groupe « Café Bertrand mon groupe Penfield pour une tournée Francaise « Live chez toi tour 2..

Au final, j’ai eu de la chance de croiser ces supers artistes et j’en suis vraiment heureux.

R.E.E.L. : Quelles sont tes influences ?

J’aime écouter énormément de choses. Deux grandes qualités sont cependant nécessaires pour faire qu’une musique en particulier m’influence : d’un côté, l’émotion, l’épique – mélancolique (musique classique, métal dépressif, OST) et tout ce qui est groove, c’est-à-dire,  qui donne envie de danser (funk, disco, soul). Impossible de me ranger sous une bannière en particulier. L’un sans l’autre, ce n’est pas vraiment envisageable pour moi.

R.E.E.L. : C’est ce que l’on retrouve dans Penfield, ton projet ?

Oui. Penfield va un peu dans ce sens-là. Penfield, je l’ai créé sans orientation musicale particulière. La démarche : être en compagnie de musiciens qui jouent avec leurs tripes et qui sont ouverts à tous les styles et qui ont une aisance et un amour dans le domaine de l’improvisation. Après, les compositions tournent toujours autour de ces deux influences citées plus haut et qui ont donné naissance à l’électric – jazz prog. Le terme « Jazz » représente le côté libre des sonorités et le terme électric, celui de l’époque moderne (nous utilisons par exemple des vieux claviers des années 70 actualisés ; mon instrument également a subi des modifications : il date des années 60 et je l’ai électrifié avec du matériel moderne).  La méthodologie de Penfield repose donc sur une volonté de remettre au goût du jour tout ce qui est retro.

R.E.E.L. : Comment se fait la rencontre entre les musiciens ?

Cela faisait deux-trois ans que je souhaitais créer un projet, mais j’attendais les bonnes personnes. La machine s’est mise en route lorsque j’ai rencontré Matthieu Hay, le batteur, avec qui j’entretiens une amitié quasi fusionnelle. Puis je me suis mis en quête d’un clavier. Je me suis rappelé d’un concert dix ans en arrière durant lequel j’ai vu un groupe de funk qui a joué en fin de soirée. Pendant qu’ils s’installaient, je vois arriver un clavier extrêmement impressionnant à cause de tout le matériel très vintage et très lourd qu’il transportait. J’ai été impressionné par son jeu et entre autre par le fait qu’il n’ait pas peur de se faire mal au dos pour vivre sa passion. Je ne lui ai pas parlé ce soir-là mais je me suis rappelé de lui et je lui ai envoyé un courriel avec entre autres mes influences et mes pianistes préférés. Il a accroché et nous a rejoint. Après une longue quête en ce qui concerne le guitariste, nous avons réussi à faire un groupe fixe. Maintenant, nous sommes cinq avec outre le batteur et moi,  un guitariste- clavier, Théo Kummer, Thierry « Dr Zed » Scherer aux Rhodes, Moog et aux Samples et Julien Michel à la Basse et Moog.  Nous composons et arrangeons ensemble. Nous nous faisons également confiance pour, en plein concert, improviser divers changements qui n’ont pas forcément été répétés au départ (comme par exemple arrêter de jouer pendant le solo d’une personne, etc.) Nous avons également déjà fait ce que l’on appelle des ciné-concerts.

R.E.E.L. : Des ciné-concerts ?

Un ciné-concert est une improvisation que nous faisons sur des courts-métrages et des extraits de film. Généralement, on regarde un film, souvent muet, on en discute, on prend des notes et le lendemain, on joue en live. Nous avons un rapport assez important à l’image. Nous avons fait cela avec le Kino-Kabaret 2015, un projet de réalisateurs qui ont trois jours pour faire des courts-métrages. Nous avons joué sur dix films qui ont été réalisés en ce laps de temps. Un énorme succès. Pourtant ce n’était pas gagné. En effet, il y avait également des dialogues et nous devions, en live, gérer la musique, le volume, le son…d’ailleurs, le prochain ciné-concert le 30 mai 2015 au parc Gourgas durant le festival JAV (La Jonction est à vous).

R.E.E.L. : C’est tout un défi ?

Effectivement, mais notre équipe est assez soudée pour que nous nous permettions ce genre de défi.   On se fait plaisir et, paradoxalement, y intéresser le public au premier abord est une véritable gageure, justement parce que nous ne sommes pas cantonnés à un style en particulier. On ne peut pas dire qu’on fait uniquement du rock, du métal, du reggae, etc. Nous faisons un style qui regroupe un peu de tout! Cependant, médiatiquement parlant, c’est plus délicat. Par exemple, la participation à un festival exige une appartenance à une catégorie bien précise, ce que je trouve quelque peu  dommage même si je le comprends. Pour nous, l’essentiel, c’est de s’amuser. Et le public aime. Sur scène, qu’il y ait dix ou cent   personnes, nous nous donnons toujours à fond.

R.E.E.L. : Comment naît l’atelier d’improvisation Impulsio ? De quoi s’agit-il ?

C’est  l’arrivée de Théo, de sa volonté et de son énergie à etre actif a genève que l’atelier Impulsio a pu voir le jour.  En moins d’un mois, le projet était monté et on était lancés. Impulsio, c’est l’espace où  rien n’est préparé à l’avance : l’élève  donne tout ce qu’il a dans le ventre et, ensuite seulement, on commente, conseille et corrige chaque élève. Tous les deux, nous sommes dans la générosité et nous offrons volontiers toutes les connaissances acquises durant notre parcours musical.

Il s’agit d’un espace dans lequel la progression est un objectif. Notre but n’est pas d’initier, mais d’offrir un cadre où un musicien pourra venir jouer en dehors de sa chambre, avec d’autres personnes. En effet, c’est difficile de créer un groupe : il faut trouver des gens motivés, des locaux de répétitions souvent introuvables et même dans le cas où il y en a, ce sont les horaires des musiciens qui ne concordent pas forcément. On finit par se démotiver et par abandonner.

L’atelier s’adresse à des musiciens qui ont en moyenne au moins deux ans de pratique de leurs instruments. Nous avons une fréquentation d’élèves de différents niveaux. Cela va du jeune guitariste au  saxophoniste amateur en passant par un pianiste professionnel. Notre politique est vraiment celle de l’échange. Lorsqu’un nouveau arrive, nous l’encourageons à se sentir libre de s’exprimer comme il le désire, même s’il n’ose pas. Ce sont les anciens élèves qui finissent par le mettre à l’aise et par l’intégrer au groupe. Nous en sommes à un point où nous, les enseignants, sommes en retrait et où nous les regardons s’exprimer. Nous ne sommes pas dans le côté élitiste. Nous souhaitons sortir de cette politique qui veut qu’on se prépare obigatoirement chez soi aux jams d’improvisation avant de se produire en public. Les premières fois qu’on fait une jam publique ,Dans la plupart des cas, cela se passe mal, on se casse les dents. C’est mon parcours. Je me suis forgé avec les jams du Chat Noir et j’ai eu la chance d’avoir eu Ernie Odoom, chanteur et  saxophoniste, en tant que Mentor. Même si les artistes les plus rôdés étaient gentils avec moi, la critique, pas forcément méchante mais plutôt blessante, n’était jamais très loin.

L’atelier Impulsio a donc été créé dans l’objectif de donner cet espace sans forcément de jugement, etc… C’est mieux de jouer avec des gens qu’avec un métronome ou en playback. Nous souhaitons former des musiciens excellents, qui sont capables d’écouter, de s’adapter sans s’enfermer dans un cadre. On souhaite décloisonner, donner un cours « d’expérience ». Il semble que les gens ne savent pas où pour travailler l’improvisation. C’est possible avec l’atelier Impulsio.

R.E.E.L. : Que détestes-tu dans ton travail ?

Je déteste tout le côté administratif de mon travail. C’est pesant, et on perd quelquefois la différence entre le hobby et l’aspect marketing. Autre chose qui me déplaît fortement, c’est de trouver des gens qui se donnent autant que moi et qui finisent par s’épuiser à courir après les promoteurs ou collaborateurs qui ne partagent pas les mêmes motivations. C’est difficile. Certaines fois, on souhaite juste partager, mais on a plus l’impression d’être des mendiants qu’autre chose. Je ne cesserai jamais de remercier tous ces artistes qui se fatiguent à créer des épour le plaisir des sens.

R.E.E.L. : Des projets :

Faire tourner un maximum Penfield. Après la tournée française (avec Café Bertrand) Nous allons nous concentrer sur la communication autour du projet avec déjà la  parution du clip « L’Anonyme » en ligne, court-métrage et vinyle Penfield. Mais mon but ultime dans la vie est de m’isoler pour créer, puis d’inviter des gens que j’aime avec lesquels créer, parce que ma soif de création est inépuisable : ça en est insupportable et enrichissant à la fois.

Toutes les infos sur www.penfield.ch ou encore sur : http://michaelborcard.blogspot.ch/

[1]  Maaïk Penfield est également artisan-bijoutier…. Mais cela fera l’objet d’un prochain article (ndlr).

[2] https://www.youtube.com/watch?v=ZNyDFGLt5HA

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.